ASSOCIATION JAPPO SUXLI MAIMOUNA( UN VILLAGE DU SENEGAL ) جمعية التضامن لتنمية قرية ميمونة

Une initiative des fils du village pour le progrès

PÉDAGOGIE :APPROCHE PAR LES OBJECTIFS /APPROCHE PAR LES COMPÉTENCES

Classé dans : > Ressources Documentaires — 20 octobre, 2010 @ 10:24

1- Quelle(s) différence(s) entre une approche par compétences et une approche par objectifs ?

L’approche par compétences développe l’idée que l’élève apprend mieux dans l’action, c’est à dire :
1- quand il est mis en situation de production effective ;
2- quand il est vraiment impliqué dans des tâches intégratrices qui nécessitent la mobilisation et l’intégration des acquis et donnent une vision globale des
capacités à mobiliser ;
3- quand la situation d’apprentissage a du sens pour lui, qu’elle est significative ;
4- quand les erreurs qu’il commet lors de la réalisation de la tâche sont identifiées et exploitées par l’enseignant dans le cadre d’une régulation, lorsque ces erreurs sont de nature à créer un obstacle à la poursuite de l’activité ou des apprentissages ultérieurs ;
5- quand l’élève établit des contacts avec les autres pour construire ses
connaissances et son savoir : Elève ↔ Elève ; Maître ↔ Elèves ; Groupe ↔ Elève car l’apprenant élabore aussi sa compréhension en comparant ses perceptions à celles de ses pairs…
L’approche par compétences est une manière de concevoir, de penser et de mettre
en œuvre l’enseignement/apprentissage qui vient combler les insuffisances d’une
approche par objectifs davantage centrée sur l’acquisition des savoirs et savoir-faire (apprendre quoi ?) négligeant l’acquisition des processus intellectuels (comment faire pour apprendre ?)
L’approche par compétences se propose de concilier ces deux façons de penser l’enseignement/apprentissage en faisant participer activement l’élève à sa formation par l’action.
Pour illustrer ce qui vient d’être avancé, observons deux situations
d’apprentissage visant toutes les deux une même compétence disciplinaire.
Exemple : rendre l’élève capable de produire des énoncés injonctifs pour inciter à la protection de l’environnement
ainsi l’activité du jour :
« Hier, nous avons étudié l’impératif et la phrase impersonnelle : il faut – il ne faut pas. Aujourd’hui, nous allons construire des énoncés en utilisant ces structures pour parler de la protection de l’environnement.
Voici des images pour vous donner quelques idées. »
Dans la classe B, le maître qui applique l’approche par compétences
présente ainsi l’activité du jour :
« Notre classe va participer à une campagne de sensibilisation à la protection de notre environnement. Comment allons-nous y participer Quelles sont vos propositions ? »

Approche par objectifs

Approche par les compétences
Imaginons le déroulement de la
séance dans la classe « A » travaillant
selon l’approche par objectifs
1- Que va t-il se passer ?
* Le maître s’assure que la consigne est bien comprise.
* Le maître invite les élèves à produire
oralement des injonctions. Elles sont
corrigées et répétées par plusieurs élèves :
une phase préparatoire au travail ultérieur
* Le maître propose, ensuite, une activité d’identification de phrases injonctives dans des textes de lecture pour étudier leur structure : un rappel de ce qui a été déjà vu.
* Le maître lance alors l’activité.
* Chaque élève sait exactement ce qu’il a à faire. Seul, face à son cahier, il commence à rédiger des énoncés (interdictions / ordres)
* Il se réfère de temps à autre aux outils d’aide affichés en classe et aux images qui lui suggèrent les situations à exploiter
2- Quel rôle joue l’enseignant de cette classe A pendant l’activité ?
* Le maître passe dans les rangs, attire
l’attention sur les erreurs, corrige
quelques énoncés, répond aux
sollicitations.
Le moment venu, il met fin à l’activité.
On lit les énoncés obtenus, on les
commente et on les corrige puis on range les travaux.
3- Constat
Cette approche de l’apprentissage
par objectifs permet certes d’obtenir un produit répondant à une consigne précise et mobilisant des savoirs (l’impératif) et des savoir-faire (formuler des interdictions dans une situation donnée)mais l’activité est convergente : tous les élèves font la même chose dans les mêmes conditions selon une consigne unique décidée par l’enseignant.
La situation est exclusivement scolaire c’est à dire ne visant qu’une micro-compétence disciplinaire très pointue, ne garantissant pas la maîtrise d’une réelle compétence de
communication.
Par ailleurs, certaines compétences
transversales énoncées ne peuvent être développées dans des activités
individuelles de ce type et dans des
situations d’apprentissage de cette nature comme c’est le cas de la classe B.
4- Que faire des exercices réalisés ?
Les exercices sont conservés dans
les cahiers des élèves.
5- Evaluation
* Si toute la classe a réussi « l’exercice »,
le maître rédige une appréciation sur le cahier ou attribue une note et programme un autre objectif pour la journée suivante.
* Si un grand nombre d’élèves ne réussit pas « l’exercice », le maître programme une révision lors des journées-paliers et poursuit la réalisation des objectifs déjà
planifiés pour la journée suivante
Imaginons maintenant le déroulement de la séance dans la classe « B » travaillant selon l’approche par compétences.
1- Que va t-il se passer ?
* Les élèves répondent aux questions posées par le maître et réfléchissent ensemble sur la forme que prendra leur participation
* Ils définissent les paramètres de la situation de communication : (qui va parler, écrire ? à qui ? pour dire quoi ? où ?etc.).
* Ils proposent des activités : produire des affiches, un dépliant, faire des dessins accompagnés de légendes, construire un dialogue à dramatiser, écrire des panneaux d’interdictions, élaborer un code de bonne conduite, etc.
* Ils discutent les propositions, leur originalité,leur faisabilité, les difficultés éventuelles, les ressources nécessaires, etc.
* Ils choisissent parmi les propositions celles qui leur plaisent, qui sont accessibles… et justifient leur choix.
* Ils définissent le contour du produit attendu et des savoirs à mobiliser : impératif et phrases impersonnelles (Il faut / Il ne faut pas) phrases
infinitives, lexique approprié…
* Ils se constituent en groupes de travail (avec la collaboration du maître) pour réaliser les
activités retenues.
Exemple :
G1→ dessins légendés
G2→ panneaux d’interdiction
G3→ un code de bonne conduite
G4→ un scénario à dramatiser
2- Quel rôle joue l’enseignant de cette classe B pendant l’activité ?
* Le maître supervise la bonne marche et l’avancement des travaux.
Il gère le temps le rappelle souvent.
Il sert de personne-ressources pour aider,orienter, fournir des outils d’aide, intervenir éventuellement en cas de conflit et procéder
à des régulations immédiates et ponctuelles.
* Il enregistre les lacunes qui nécessitent une remédiation ultérieure plus conséquente.
3- Constat
Cette approche de l’apprentissage
permet non seulement d’aboutir à l’objectif d’apprentissage par la mobilisation de savoirs et savoir-faire liés aux énoncés injonctifs mais aussi à développer des compétences disciplinaires orale et écrite
dans la mesure où ces savoirs et savoir-faire sont mobilisés et intégrés pour résoudre une situation-problème significative.
Cette stratégie d’apprentissage
contribue aussi au développement des
compétences transversales telles que travailler en coopération (avec des
camarades) ; mettre en oeuvre une méthode de travail (recherche d’une démarche appropriée à la réalisation de la tâche demandée) et exercer sa pensée critique(lors du débat autour des première propositions).
Les productions sont variées, les élèves sont totalement impliqués dans letravail
4- Que faire des travaux finis ?
Les travaux terminés sont affichés .
Ils sont présentés par leurs auteurs,
commentés et corrigés par les autres
groupes.La mise au propre qui est une étape très importante est prise en charge par chaquegroupe qui peut mener ce travail soit àl’école au cours d’une séance ultérieure soit
hors de l’école : les élèves ’organisent librement mais sont soumis à un contratfixant la date de remise des travaux et les modalités de présentation.
La finalisation des travaux se traduit par leur affichage en classe, dans la cour,leur publication dans le journal scolaire, etc.
5- Evaluation
Si au cours des activités, le maître a
identifié des lacunes liées à des
apprentissages non-maîtrisés, il réalise une remédiation immédiate auprès des élèves concernés par ces erreurs ou planifie une action de remédiation ciblée soit immédiate soit à court terme soit à long terme selon le
degré d’importance des erreurs.
« …Certains diront qu’il y a une nette différence entre l’approche par objectifs et l’approche par compétences, d’autres considéreront que l’approche par compétencesrecoupe certains aspects de l’approche par objectifs. Pour ma part, je préfère considérer l’approche par compétences comme une suite logique à l’approche par objectifs. »
François Lasnier (Réussir la formation par compétences)

Repris d’un document tunisien destiné aux enseignants de français

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

AGEEBS(33) |
Association des Jeunes Soli... |
Christelle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Accompagnateur changeur
| TERRE-NEUVE NORD PAS DE CALAIS
| Le "Tchitchou" ...